Couverts

Couverts

C comme… Couverts

Couverts

Il existe de nombreux types de couverts de table, répondant à des usages différents et conçus dans divers matériaux, en acier inoxydable, en argent ou même en bois. Quelle est leur origine? Comment les choisir et les entretenir?

1

Depuis quand utilise-t-on des couverts?

Le couteau et la cuillère sont les plus anciens couverts : le couteau, qui était avant tout une arme, est aussi utilisé comme ustensile de cuisine depuis l’âge du bronze, tandis que les cuillères dotées d’un manche, par opposition aux coquillages et autres objets naturels longtemps employés comme cuillères, étaient déjà présentes dans l’Antiquité.

Le couteau ne servait alors, grâce à sa pointe, qu’à piquer les aliments dans le plat commun ou à couper un morceau de viande. Les doigts restaient le moyen le plus courant de saisir et de manger sa nourriture. La cuillère, quant à elle, permettait de prendre les sauces dans le plat commun.

Les cuillères étaient le plus souvent fabriquées en bois, un matériau peu coûteux et facilement disponible. Toutefois, depuis l’Antiquité jusqu’au Moyen-Âge, les classes sociales les plus riches utilisaient des cuillères en argent ou en bronze, le bois étant le plus souvent réservé aux classes populaires.

Les premières fourchettes, conçues pendant l’Antiquité, étaient très différentes de nos fourchettes actuelles, tant dans leur conception que dans leur usage. Elles ne comportaient que deux dents, étaient dotées d’un long manche et n’étaient pas utilisées pour manger, mais pour cuire les repas et prendre les aliments dans le plat commun. Personne ne les portait encore à la bouche.

C’est seulement à partir du début du 16ème siècle que la haute société commence à manger avec des fourchettes, mais ces couverts de cuisine ne deviendront réellement populaires qu’au 18ème siècle. Les fourchettes restent majoritairement utilisées par la bourgeoisie, tandis que les paysans se servent surtout des cuillères.

Le couteau de table voit peu à peu l’extrémité de sa lame s’arrondir, son aspect pointu et aiguisé n’étant plus indispensable pour piquer les aliments depuis l’arrivée de la fourchette.

S’il faut attendre le 18ème et le 19ème siècle pour que tout le monde utilise des couverts de cuisine, les classes sociales aisées aiment, depuis la Renaissance, sortir leurs plus beaux couverts de table en argent et les faire briller pour impressionner leurs convives, à tel point que les couteaux, fourchettes et cuillères ont plus d’importance que la nourriture elle-même.

C’est finalement pour des raisons d’hygiène que les couverts de cuisine parviennent à s’imposer dans toutes les classes sociales.

2

Quels matériaux privilégier pour ses couverts?

Couverts en inox, en argent, en métal argenté, en bois...  Que choisir?

3

Les couverts en inox

Aujourd’hui, les couverts de table en inox, qu’il s’agisse d’un lot de couverts ou de couverts à l’unité, sont les plus répandus, tant chez les particuliers que dans les restaurants. L’acier inoxydable présente de nombreux avantages : il résiste à la corrosion, aux chocs, a une très longue durée de vie, est facile d’entretien et supporte très bien le passage au lave-vaisselle.

Avant de choisir un set de couverts de table, il est important de savoir qu’il existe plusieurs catégories d’inox. Les catégories les plus répandues pour les couverts sont l’inox 18/10 et l’inox 18/8.

L’inox 18/10, qui contient 18 % de chrome et 10 % de nickel, est plus brillant, grâce à la présence en quantité plus importante de nickel, que l’inox 18/8, qui n’en contient que 8 %. Ces deux catégories d’inox sont toutefois d’excellente qualité. On trouve aussi des couverts de cuisine en inox 18/0, qui ne contiennent pas de nickel : ils sont moins brillants mais plus tranchants, ce qui explique que l’on retrouve principalement cet inox en coutellerie.

L’entretien des couverts de table en inox est très simple : ils peuvent être lavés à la main, avec de l’eau, une éponge et du produit vaisselle, ou au lave-vaisselle, avec un rapide rinçage au préalable si le lave-vaisselle n’est pas utilisé tous les jours, pour éviter que les résidus d’aliments ne se fixent sur les couverts. Ils sèchent à l’air libre sans conserver de trace.

4

Les couverts en argent et en métal argenté

Aujourd’hui, on trouve aussi bien des couverts en argent massif que des couverts en métal argenté, ces derniers étant moins onéreux, car essentiellement constitués de laiton, de cuivre ou de nickel et recouverts d’une couche d’argent.

Les couverts en argent massif ont un prestige inégalable, tout comme les couverts en métal argenté. Reconnaissables à leur poinçon, ils nécessitent plus d’entretien que les couverts en inox pour conserver leur brillance tant appréciée. De nombreux produits naturels et peu coûteux peuvent être utilisés, comme le jus de citron et le bicarbonate de soude.

Le papier aluminium est également un allié précieux pour redonner de la brillance aux couverts en argent ou en métal argenté. Pour cela, il vous suffit de verser dans un récipient deux litres d’eau chaude et 200 grammes de bicarbonate de soude. Mélangez bien pour permettre au bicarbonate de se dissoudre, puis ajoutez un morceau de papier aluminium, d’environ 5 cm sur 5.

Plongez vos couverts en argent dans ce mélange d’eau et de bicarbonate, et laissez-les tremper pendant 30 minutes. Peu à peu, le papier aluminium va attirer toutes les particules qui, en se déposant au fil du temps sur l’argent, finissent par le rendre terne. Il ne vous reste plus qu’à rincer vos couverts de table et à les sécher soigneusement : ils ont retrouvé tout leur éclat.

5

Les couverts en bois

Les couverts intégralement conçus en bois sont plutôt réservés à un usage éphémère, leur durée de vie ne pouvant égaler celle de l’argent ou de l’inox. Toutefois, il existe des couverts en inox dotés d’un manche en bois, qu’il est généralement préférable de laver à la main.

Si vous possédez un couteau avec un manche en bois, il vous faudra, de temps à autre, déposer quelques gouttes d’huile pour éviter que le bois ne sèche, sauf s’il est laqué ou peint, auquel cas il ne pourra pas absorber l’huile.

Commencez par verser quelques gouttes, puis laissez le bois s’imprégner de l’huile pendant une quinzaine de minutes, essuyez avec un chiffon doux et renouvelez l’opération jusqu’à ce que vous constatiez que le bois n’absorbe plus l’huile.

Toutes les huiles ne sont pas adaptées à l’entretien du bois. Certaines, comme l’huile d’olive, ont tendance à rancir et ne doivent donc être utilisées que ponctuellement. L’huile de lin est plus adaptée, mais il existe également de nombreux mélanges conçus spécialement à cet effet.

Article rédigé par Thierry Villotte